Idées de business,  Interviews

Toan PHAM : Pharmacien et Dirigeant d’un Organisme de Formation

Toan PHAM : Pharmacien et Dirigeant d’un Organisme de Formation

Cet article présente Toan PHAM : pharmacien d’officine adjoint et formateur DPC

Pouvez vous vous présenter ?

D’origine vietnamienne et de naissance à Grenoble, je suis quelqu’un qui a le sens du service.
Après un bref passage en mathématiques supérieures pour devenir ingénieur, je me suis redirigé vers la pharmacie car je souhaitais faire des études de santé mais pas trop longues.

Quel est votre parcours pharmaceutique ?

Pendant mes études de pharmacie à l’université des sciences à Grenoble, je travaillais dans une pharmacie dès ma 3e année, ce qui m’a conduit à choisir l’option officine pour être rapidement dans la vie active, alors que mes professeurs me voyaient plutôt dans la recherche.

Comment vous est venu l’idée de dévelloper une activité dans la formation ?

Souhaitant exercer une 2e activité pour sortir de la routine de l’officine, je me destinais initialement dans l’évaluation externe des centres sociaux et médico-sociaux. J’ai fait ma formation d’évaluateur externe expert jusqu’à la réussite à la certification AFNOR mais le destin a fait que j’ai rencontré une personne dans la direction d’un organisme de formation, qui recherchait des pharmaciens formateurs. Après une formation de formateur, j’ai commencé mes premiers pas de formateur en décembre 2013.

 

Présentez nous votre entreprise FORMAPOTHEKA ?

Je suis devenu organisme de formation par hasard. Au début, j’ai profité de la vente de la pharmacie de mon patron à Noisy le Sec pour arrêter la pharmacie et m’investir complètement dans la formation pour le compte d’un organisme de formation pour les pharmacies d’officine, qui m’a obligé à avoir un numéro de formateur. Malheureusement le volume de formations était beaucoup trop faible pour pouvoir en vivre alors que l’organisme de formation m’avait fait plein de promesses, c’est la raison pour laquelle, j’ai décidé d’arrêter ma collaboration avec eux et que j’ai dû retourner en officine pour avoir un salaire fixe.
Le fait d’avoir obtenu un numéro de formateur m’a fait passer du statut de prestataire à celui d’organisme de formation, et j’ai donc eu l’idée de demander l’agrément DPC (développement professionnel continu), ce qui a donné naissance à FORMAPOTHEKA, et je cherche donc maintenant à me faire connaître auprès des pharmacies d’officine, en leur proposant de valider l’obligation de DPC des collaborateurs par une formation de 4h sur la mise à jour des connaissances sur les interactions médicamenteuses, pour recentrer le métier de l’officinal sur la dispensation des ordonnances.

Avez vous rencontrer des difficultés lors de la mise en route de ce projet ?

La demande d’agrément DPC est un processus complexe qui m’a coûté plusieurs nuits blanches et un refus avant l’acceptation.
La 2e difficulté a été d’avoir l’agrément auprès des organismes de prise en charge comme Actalians, avec d’autres nuits blanches et un refus aussi avant le référencement.

Quelles compétences complémentaires avez vous dû acquérir ?

Le fait d’avoir fait une formation en assurance qualité et en évaluation externe m’a aidé pour devenir formateur car j’ai acquis les notions de rigueur et de bienveillance.

Pensez vous que les pharmaciens doivent sortir des filières classiques pour entreprendre dans d’autres domaines ?

Mon métier de formateur renforce mon métier de pharmacien officinal et mon métier de pharmacien officinal enrichit mon métier de formateur, ce sont deux métiers complémentaires.

Vous pouvez découvrir le parcours de Toan PHAM sur Linkedin ou Viadeo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares
Share This